WORRINGER (W.)


WORRINGER (W.)
WORRINGER (W.)

WORRINGER WILHELM (1881-1965)

«Si l’on considère l’histoire de l’art non plus comme la simple histoire du savoir artistique, mais comme celle des intentions, elle gagne en importance au point de vue de l’histoire universelle, [...] elle prend place à côté [...] des conceptions du monde.» Cette phrase de Worringer (L’Art gothique ) situe d’emblée son projet d’historien: fonder une Kunstwissenschaft , une science de l’art qui soit histoire des formes transcendantales de l’expression. Nous nous trouvons donc ici sur l’itinéraire théorique qui suit la pensée germanique depuis Kant et Hegel. Nous sommes devant un héritier de Riegl (1858-1905), un lecteur de Fiedler (1841-1895), un contemporain de l’expressionnisme allemand... Worringer est né à Aix-la-Chapelle. Professeur successivement à Bonn (1925), à Königsberg (1928), à Halle (1946), il résidait à Munich depuis 1953. L’essentiel de sa pensée se trouve exprimé dans Abstraktion und Einfühlung (trad. franç. 1978, Klincksieck, Abstraction et Einfuhlung: contribution à la psychologie du style ) et Formprobleme der Gothik (1927; trad. franç. 1941, Gallimard, L’Art gothique ); il faut également citer: Die Anfänge der deutschen Tafelmalerei (Les Débuts de la peinture de chevalet en Allemagne , 1924); Problematik der Gegenwartskunst , 1948; Fragen und Gegenfragen (Questions et controverses , 1956).

La question fondamentale à résoudre a consisté pour Worringer à se démarquer des théories psychologiques de l’Einfühlung (empathie), par quoi, depuis Vischer et Lipps, on désigne une fusion spéculaire, organique avec l’objet, une projection animatrice du spectateur sur le spectacle. Dès lors, dans une telle perspective, tout discours sur l’art coïncidait avec un discours sur la contemplation de la beauté, c’est-à-dire avec l’esthétique. Worringer veut rompre avec l’esthétique qui ne saurait être une science objective et universelle de l’art, car elle est normative et ne justifie que l’art classique. À l’époque classique, la beauté exprime, par l’immobilité et l’harmonie des proportions, la résolution historique des formes du savoir avec celle de la visibilité. Les esthéticiens — et là Worringer prend à partie la fascination séculaire de l’Allemagne pour la Grèce — considèrent tout ce qui précède l’art classique comme des formes avortées, des échecs du savoir, des maladresses. Ils croient naïvement qu’un fossé existe chez les primitifs, comme chez le gothique, entre le savoir et l’intention. D’où les jugements d’impéritie. Or la thèse de Worringer propose, à l’inverse, qu’une pratique artistique résout absolument les problèmes qu’elle se pose. Les solutions qu’elle néglige correspondent à des questions qui ne la concernaient pas. Toute forme artistique procède d’une adéquation entre l’intention et le traitement matériel et formel. Ainsi l’art gothique devient un problème central: il propose l’étude formelle et psychologique d’un art qui ne se soucie ni de la beauté (esthétique) ni de la vérité (au sens du réalisme ou du naturalisme), mais qui exprime en toutes ses parties, sans l’ombre d’un échec, les contradictions, les convulsions, les espoirs de l’homme du Moyen Âge.

Toute volonté créatrice se donne en effet pour but l’«expression adéquate de sa position à l’égard du milieu». Entre le dualisme insoluble du primitif et l’adéquation reposante du style classique, l’art gothique est «un état intermédiaire [...]. Sa nature propre semble être plutôt une poussée inquiète qui ne peut pas trouver dans sa recherche d’apaisement, de délivrance, d’autre satisfaction que celle de l’engourdissement et de l’ivresse». Et Worringer finit par le qualifier d’«hystérie sublime».

Il est difficile de ne pas tressaillir à ces derniers mots. Ainsi, on se croyait débarrassé du monde normatif et confortable de l’esthétique, on s’imaginait avoir trouvé une formulation scientifique de l’histoire de l’art. Et voilà le lecteur reconduit aux structures catégorielles d’un kantisme auquel il ne manquait que l’historicité des formes transcendantales. C’est le sublime repris dans une Volkerpsychologie . C’est le monde de la grandeur et même de la démesure qui l’emporte sur celui de la beauté; ainsi, nous nous retrouvons dans un style de pensée familière depuis Nietzsche. Le mouvement, la vie, la force, les conflits se substituent aux valeurs conciliatrices du passé. C’est la valorisation d’un monde épique et dur. Dès lors, certains rapprochements deviennent possibles avec l’ensemble de l’idéologie allemande de la première moitié du siècle. Corrélativement, on est tenté d’évoquer tout ce qu’une telle analyse de l’art gothique — fort attachante au demeurant — peut éclairer des options esthétiques de l’expressionnisme allemand. Séparer une science de l’art de l’esthétique paraît un projet dérisoire, et le chantre allemand du gothique est contemporain de Breton, qui écrivait dans l’Amour fou : «La beauté sera convulsive ou elle ne sera pas.» Worringer disait de l’art gothique qu’il «s’élance vers un monde surréel du suprasensible». Il est fascinant de voir à travers le recouvrement des mots les analogies profondes qui relient tant de courants hétéroclites.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Worringer — ist der Name folgender Personen: Christoph Worringer (* 1976), deutscher Maler Wilhelm Worringer (1881–1965), deutscher Kunsthistoriker Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort …   Deutsch Wikipedia

  • Worringer — Wọrringer,   Wilhelm, Kunsthistoriker, * Aachen 13. 1. 1881, ✝ München 29. 3. 1965; 1925 Professor in Bonn, 1928 in Königsberg, 1946 in Halle (Saale). Philosophisch beeinflusst von F. Nietzsche, bemühte er sich um eine psychologische Deutung der …   Universal-Lexikon

  • Worringer Bruch — (1) Der Worringer Bruch ist eine rund 164 Hektar große, sumpfige Flachlandschaft im äußersten Norden Kölns. Dabei handelt es sich um einen etwa 8.000 Jahre alten, mittlerweile fast völlig verlandeten Mäanderbogen des Rheins. Namensgeber des… …   Deutsch Wikipedia

  • Worringer Bruch — The Worringer Bruch is a breakthrough of convert|164|ha|acre, swampy lowlands in the far north of Cologne, Germany. It is an approximately 8,000 years old, now almost completely dried up meander part of the Rhine. An adjacent district of Cologne …   Wikipedia

  • Worringer, Wilhelm —    см. Воррингер, Вильгельм …   Энциклопедический словарь экспрессионизма

  • Wilhelm Worringer — (* 13. Januar 1881 in Aachen; † 29. März 1965 in München) war ein deutscher Kunsthistoriker. Er war verheiratet mit der Künstlerin Marta Worringer. Inhaltsverzeichnis 1 Methode 2 Lehrtätigkeit 3 Werke …   Deutsch Wikipedia

  • Christoph Worringer — (* 1976 in Krefeld) ist ein deutscher Maler, der als einer der profiliertesten Vertreter der neuen deutschen figurativen Malerei gilt. Der Künstler studierte von 2001 bis 2006 an der Kunstakademie Münster und lebt heute in Düsseldorf. 2003… …   Deutsch Wikipedia

  • Wilhelm worringer — (1881 Aix la Chapelle; † 1965 Munich) : historien et critique d art allemand. Il défend le mouvement de l expressionnisme, auquel il donne son nom. Ses écrits les plus remarqués sont : Abstraction et empathie, [Abstraktion und… …   Wikipédia en Français

  • Wilhelm Worringer — (* 1881 in Aachen; † 1965 in Munich) was a German art historian. He is known in connection with expressionism. Through his influence on T. E. Hulme his ideas had an effect on early British modernism, especially vorticism. His best known work is… …   Wikipedia

  • Wilhelm Worringer — (Aquisgrán, 1881 Múnich, 1965). Historiador y teórico del arte alemán. Fue el discípulo más brillante de Alois Riegl. Es conocido por su teoría de la Einfühlung (empatía o proyección sentimental) por la cual, el impulso de satisfacción se culmina …   Wikipedia Español